l'ASM a perdu un grand serviteur

2018-2019
News
l'ASM a perdu un grand serviteur

Publié il y a 3 jours par

l'ASM a perdu un grand serviteur

Jean Bénac nous a quittés dimanche soir à l’âge de 77 ans. L’ASM perd un grerd un grand amie mémoire  du club (chapo).

Les moins de quarante ans ne le savent peut-être pas,  Jeannot Bénac  était  un fin joueur, pétri de talent. A dix-sept ans, il évoluait à l’aile de l’attaque  de l’équipe première de l’entente Daumazan -Montesquieu. C’était à la fin des années 50, le  début des années 60 dans la France des » « trente glorieuses ».

Au sein d’une équipe qui évoluait au sein du deuxième niveau national, Jean évoluait à l’aile de l’attaque. C’était un redoutable chasseur d’essais au point qu’il fut sélectionné au sein de l’équipe junior Midi-Pyrénées et se trouva même aux portes de l’équipe de France de cette même catégorie.

Sollicité par les grands clubs dont le Stade toulousain, il demeura fidèle aux couleurs de l’USAM. Le président de l’époque, Robert Lacombe avait été  si heureux de conserver son protégé qu’il lui offrit son premier véhicule. Après une escapade professionnelle parisienne, il évolua sous le maillot des postiers parisiens  en Deuxième division avec des joueurs chevronnés tels que l’ancien arrière du Racing, Michel Debet et l’ancien pilier narbonnais Raymond Canaguier. Seulement, une blessure au genou contractée à Langon, l’obligea à retourner dans son Volvestre natal où il se lança par la suite dans une brillante carrière professionnelle dans la restauration.

Dans les années 80, son établissement celui de la Promenade fut le cadre de mémorables troisième mi-temps dont celle du sacre régional de Deuxième Série en 1982. Ce soir-là, le regretté Christian Naulibois ne comptait plus les bouchons de  Champagne.

TOUJOURS PRET POUR AIDER l’ASM-

Malgré un genou en souffrance et un passage à Longages dans les années 70, Jeannot était toujours prêt à aider l’ASM et le plus souvent dans les moments difficiles.

J’ai en mémoire un certain match à Cugnaux le 4 janvier 1981. Les rouges et bleus sont en souffrance sportive et occupent l’avant dernière place du championnat dans leur  poule de Deuxième Série. Trois semaines avant, elle a déclaré forfait à la Vallée-du-Girou faute de combattants. Elle se présente sur le terrain de la banlieue toulousaine avec une équipe remaniée dont notre président, Jean-Claude Icard, le toujours jeune Loulou Ballarin et quelques vieux briscards des pelouses  tels que  Claude Fourcade alias « Bimbo », Roland Bousquet, Thomas Garcia, Pierre Estaque, Gérard Fournés et l’ami Jeannot qui est positionné au poste de pilier gauche au côté de l’ancien maire et Daniel Habelman. Dans ce match où les Cugnalais devaient logiquement s’imposer, ces derniers n’ont pas la partie facile.

L’ASM résiste. A dix minutes du terme, elle accuse un petit déficit de cinq unités (4-9). A hauteur des vingt-deux mètres cugnalais, une touche est favorable aux bleus du Volvestre. Le regretté Claude Fourcade footballeur de formation, allume une belle chandelle qui met en difficultés l’arrière adverse. Mis sous pression, les avants cugnalais se mettent à la faute. L’arbitre ne peut qu’accorder une pénalité à l’ASM. Elle est rapidement jouée à la main, Jeannot a flairé le bon coup. Il est décalé en bout de ligne, une fois le ballon en mais, il plonge dans l’en- but après avoir effacé un adversaire. Du bord de touche, Claude Fourcade assure la transformation de la victoire. Montesquieu s’impose (10-9) et se maintient au terme de la phase de  classement. Que ce serait-il passé si Jeannot n’avait pas marqué ? Le club serait peut-être descendu et aurait- il connu cette belle embellie sportive où entre 1981 et 1983, il est passé de la Deuxième Série à l’Honneur.

En ce triste dimanche du  2 décembre, Montesquieu a perdu plus qu’un ancien joueur. Il était la mémoire d’une époque révolue. C’était un personnage discret, très attachant, fidèle en amitié. Nos pensées vont à tous ses proches. Lors du prochain match à Jean-Castet, un hommage lui sera rendu. Jean mérite plus qu’une minute de silence, tout le club lui doit un respect bien légitime.

La cérémonie religieuse aura lieu le vendredi 7 décembre 2018 à 15 heures, en l'église Saint-Victor de Montesquieu-Volvestre.
L'inhumation suivra au cimetière de Montesquieu-Volvestre.

Didier NAVARRE


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter