Envie de participer ?

« On a évité un drame de justesse ! »

Publié il y a 7 ans par

« On a évité un drame de justesse ! »

Samedi dernier, les Phliponeau du Val XV (rassemblement entre Montesquieu-Carbonne-Daumazan et Rieumes) recevaient leurs homologues de Juillan-Ossun (Comité Armagnac-Bigorre) en moins de 18 ans. Si le match aller s’était terminé par quelques menues tensions, rien ne laissait présager pour autant qu’un grave incident allait marquer le match retour. Le pire a même sans doute été évité, selon un des coachs du VAL XV…

Sans qu’aucun élément annonciateur fasse jour, une bagarre générale éclatait à la 10ème minute de la rencontre. Florent Roget, un des quatre entraîneurs du VAL XV raconte : « le match se passait très bien pourtant mais une bagarre a éclaté. Notre capitaine Clément Commenge, est venu en aide à un de nos joueurs qui s’est retrouvé au milieu de plusieurs gars de Juillan, qui l’ont déséquilibré avant de lui asséner un coup de pied à la tête, puis un coup de poing au visage, alors qu’il était inconscient, au sol. J’ai vu des gestes que je n’avais jamais vu auparavant, et qu’on ne devrait jamais voir. J’ai vraiment eu peur pour Clément. On a la vidéo, quand on le revoit, ça fait vraiment peur. Je pense qu’on a évité un drame de justesse. C’est lamentable de voir une telle scène, je suis dégoûté. Il y avait un membre du Comité au bord du terrain, qui a même dit aux deux joueurs de Juillan qu’ils n’avaient rien à faire sur un terrain de rugby ».

La violence du coup de pied reçu par Clément Commenge, lui fait perdre connaissance, il convulse, et perd beaucoup de sang. L’inquiétude est totale. Les pompiers sont appelés en urgence. L’infortuné capitaine du VAL XV nous raconte l’action : « Quand la bagarre a éclaté, je me suis tenu à l’écart, je n’avais pas l’intention de m’en mêler. Mais quand j’ai vu un de mes coéquipiers seul face à cinq adversaires, j’ai couru vers lui. En y allant, on m’a fait un croche pattes, j’ai été déséquilibré, tête en avant, et de là… je ne me souviens de plus rien. J’ai vu la vidéo après coup, j’ai vu ce qu’il s’est passé, c’est vrai que c’est assez impressionnant. En fait, j’ai un trou de mémoire de 5 heures environ. J’ai repris pleinement conscience vers 22h à l’hôpital le samedi soir. J’en suis sorti le lendemain vers 1h du matin dans la nuit du dimanche au lundi ». 

Le scanner et les examens d’usage n’ont rien révélé de « grave », pas de lésions, ni fractures. Mais le jeune ouvreur souffre de maux de têtes, qui tendent à disparaître progressivement, et reste surtout profondément choqué de ce qui lui est arrivé.

« Pour le moment, je ne sais trop quoi penser de tout ça, car ce n’est pas rien » nous a-t-il confié, tout en rajoutant « mais je pense que je vais quand même reprendre. J’ai eu de la chance je crois. Mes coéquipiers ont tous été choqué, ils sont écœurés, ils m’ont dit qu’ils ont repris le jeu, mais sans avoir la tête à ça. J’avoue que si j’avais vu un copain subir la même chose, je pense que je n’aurais pas repris le match ».

Car oui, le match, après 45 minutes d’interruption, et trois cartons rouges (deux pour Juillan, 1 pour Val XV), a bien repris. Les joueurs de l’Armagnac-Bigorre se sont imposés 7-3, mais l’essentiel n’était assurément pas là. Une plainte au civil a été déposée depuis, et nul doute que la vidéo, accablante, sera un élément prépondérant pour confondre les deux responsables des coups portés à Clément Commenge, qui doit observer un mois sans pratique sportive.

La porte de RugbyAmateur.fr est ouverte aux dirigeants de Juillan pour s’exprimer s’ils le désirent. En attendant, sans juger ou préjuger à la place des personnes à même de pouvoir le faire, la répétition de nombreux actes de violence lors de ces dernières semaines, doit alerter très sérieusement les institutions pour les sanctionner sévèrement. Souhaitons-le, car il en va de l’intégrité des jeunes joueurs, et de la crédibilité de notre sport.

Commentaires